Casimiriens sous confinement. épisode 2, le dernier nous l'espérons...

Le confinement à saint Casimir...

Image1 4Notre mail précédant sur les Casimiriens confinés a inspiré notre ami Patrick Bednarek qui nous propose l'anecdote ci dessous :

Patrick Bednarek et Henri Stec ont aussi bravé le confinement casimirien. Le saviez-vous?...

Cher René,

Après avoir lu « les Casimiriens sous confinement » j’ai retenu la phrase suivante : (…Et de toute façon il y avait toujours possibilité en cas d'absolue nécessité de faire le mur pour aller acheter un paquet de cigarettes à Vaudricourt ou aller boire un coup dans le bistrot à Verquin voire même aller à pied au cinéma à Béthune…), je me permets de confirmer avoir pratiqué toutes ces interdictions, et voici une anecdote que tu peux partager avec les autres :

Sur le chemin allant du château vers le jardin (près du mur de l’église de Vaudricourt), il y avait une baraque en tôle dans laquelle se trouvait garée une mobylette qui je présume appartenant à brat Léon (le couturier) ; il était facile de l’emprunter discrètement la nuit, sans effraction visible en plus on possédait cachés dans le pigeonnier des bidons de 2 temps pour faire l’appoint d’essence.

Un samedi (je crois me souvenir) à la nuit tombée, avec des complices qui avaient mis des polochons dans nos lits pour signaler notre présence dans les bras de Morphée, mon vieux copain Henri STEC  et moi partions joyeux sur la mob direction Béthune, voir le film «Les Centurions ».

Au retour entre Fouquières et Vaudricourt , contrôle de Police qui nous a demandé ce qu’on faisait là à cette heure tardive, on n’a pas menti en disant qu’on rentrait du film Les Centurions ; ils nous ont seulement demandé de ne pas être deux sur la mob et sont partis… au bout de 5 minutes hop on repartait vite fait à St Cas (à deux sur la mob).

Je me souviens avoir vu le lundi suivant la 404 noire de Police devant le château, mais il n’y a jamais eu de suite. Toutefois, nous soupçonnions que d’autres empruntaient la mob : je pense principalement à Richard Kowalski… mais ce n’est qu’un soupçon mon vieil ami Richard…. J’en ai même d’autres dans le collimateur

J’ai d’autres petites anecdotes à raconter, mais d’ici là je souhaite que d’autres nous racontent des sales coups qu’ils ont fait, ça nous occupera durant notre confinement, et s’il y a trahisons comme je viens de trahir Richard on s’expliquera tous devant un verre à notre prochaine rencontre.

Patrick Bednarek hier et aujourd'hui ...

St kaz0064

Polonais mystere 024 1600x1200

Jacek Rewerski se souvient du 19 avril 1943, de la Bataille du Ghetto, de l’insurrection du Ghetto de Varsovie.

Gettho

Sur sa page FaceBook Jacek Rewerski nous rappelle que le 19 avril est le 77eme anniversaire de la Bataille du Ghetto, l’insurrection du Ghetto de Varsovie.

Au début de 1943, il ne reste plus que 70 000 personnes dans le Ghetto de Varsovie qui n’est rien d’autre qu’un « camp de travail », divisé en trois secteurs.
Pour toute la population, il est interdit de se déplacer entre ces secteurs, sauf pour le travail. Evidemment le couvre-feu est de rigueur. Certains juifs se cachent dans le Ghetto, on les appelle « les chats sauvages ». Il y a aussi près de 30 000 juifs qui se cachent du côté « aryen » avec l’aide des polonais et de l’A.K.

Lire la suite …

Joseph Kempa nous propose la lecture de ce livre sur les Diables Noirs du général Maczek ...

En 400 pages, richement illustré, l’ouvrage raconte comment au matin du 1er septembre 1939, 4 000 hommes s’élancent affronter les forces allemandes Livreau sud de Cracovie. Ils sont issus de la 10e brigade de cavalerie, seule grande unité motorisée de l’armée polonaise, et entament sans le savoir une épopée inédite.
Tenant en échec trois divisions de la Wehrmacht jusqu’aux confins orientaux de la Pologne, ils parviennent malgré la défaite à passer en France, où la 10e brigade de cavalerie blindée, reconstituée, est engagée dans les combats désespérés de juin 1940. Une grande partie de ses soldats parviennent encore un fois à éviter l’encerclement et à gagner l’Ecosse, où ils créent la 1re division blindée polonaise.
Forte de 16 000 hommes, celle-ci débarque en Normandie pour remplir un rôle crucial dans la fermeture de la poche de Falaise-Chambois. Suivront la poursuite de l’ennemi en Belgique et jusqu’aux Pays-Bas. L’ultime revanche, au printemps 1945, viendra avec l’invasion de l’Allemagne.
Des monts Beskid aux plaines d’Allemagne, en passant par les coteaux bourguignons et les collines du Pays d’Auge, c’est cette odyssée, unique en son genre dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale que ce livre propose de découvrir. Le livre est disponible sous ce lien ...

Le général Maczek et les Casimiriens, c'est une histoire de famille...

 Il faut savoir qu’au moins trois Casimiriens ont un parent qui a fait partie de cette division du général Maczek. Il y a le père de Joseph Kempa,  celui de Dominik Parchanowicz et l’oncle de Jacek Rewerski. Nous en avons parlé largement parlé dans un numéro précédent de Kurijer Kazimierski voir en milieu de cette page... le paragraphe Des Casimiriens se souviennent du Débarquement et de la bataille de normandie en juin-août 1944.

3 2

Edmund Kempa

Guerre parcours antony parchanowicz copie 1

Antoni Parchanowicz

Oncle

Oncle de Jacek Rewerski

N'oublions pas aussi le père Alfons Stopa qui, capitaine aumonier a servi dans la division blindée du général Maczek. Il est responsable d'un exploit qui est relaté sur ce site. Lire le paragraphe : exploit du capitaine Stopa...

Stopa

Pour terminer, je vous propose la lecture de cette nouvelle d'Henryk Sienkiewicz...

Rene 0 zaliszAujourd’hui nous allons innover. Selon vos aptitudes à lire ou pas le Polonais, je vous propose de vivre cette émouvante nouvelle écrite en 1881 par Henryk Sienkiewicz: Latarnik, le gardien de phare...

Plusieurs options vous sont proposées.

Si vous maitrisez bien le Polonais lisez le texte disponible sur le WEB que nous avons remis en page.

Si comme moi vous êtes moins habitué à la langue de Sienkiewicz lisez le texte qui vous est proposé et en même temps écoutez sa lecture. C'est agréable et plus simple. Cela dure 45 minutes.

Si la langue polonaise vous est étrangère, lisez le résumé que nous vous proposons.

Enfin quelque soient vos aptitudes en polonais, visionnez le film réalisé par la télévision polonaise en 1976.

Ne ratez surtout pas, sous une forme ou une autre cette nouvelle toujours d’actualité aujourd’hui;  comme Skawinski hier, les émigrés de toute nationalités d'aujourd’hui ne vivent-ils pas leur exil dans la même nostalgie que Skawinski ?  …

Vous trouverez sous ce lien le texte que nous vous avons préparésous ce lien le texte que nous vous avons préparé. A vous de choisir le mode de lecture qui vous convient.

Notez sur vos agenda réunion Casimirienne le 2 mai 2020...

Que vous habitiez les Hauts de France, la Région PACA, l'Hérault, la Pologne, le Canada, ou la Roumanie ou ailleurs, n'oubliez pas notre future TéléRéunion Casimirienne qui aura lieu le samedi 2 mai 2020 via Internet. Il ne devra manquer aucun Casimirien...

Nous vous communiquerons prochainement tous les détails et tous les documents pour suivre au mieux cette innovation technologique... Mais attention...

... quand vous serez sur l'autoroute de l'information. Ne faites pas comme le Chat de Philippe Gelluck, sinon ...

Teletravail jpg

Si vous avez des idées pour rendre cette téléréunion agréable et originale, transmettez les nous. Je verrai bien par exemple André B... et son épouse nous offrir un petit duo , piano-violoncelle ou encore quelques vers d' une poèsie déclinée par Hubert B... comme il le faisait à l'internat sous l'oeil du père Grabinski ...Ou toutes autres idées originales. Soyons créatifs en cette période de confinement...

Mes coordonnées sont ZEDER, aka Zalisz René

zalisz.rene@orange.fr 

06 84 10 10 25

Date de dernière mise à jour : lundi, 20 avril 2020