Kurijer Kazimierski n° piąty, Pazdiernik 2012

EDITORIAL

Au programme en ce numéro du mois de Novembre 2012, un peu tardif :

Pourquoi Kurijer Kazimierski s'écrit avec un I et un J ? l'Explication officielle et définitive.

Quelques brèves des années 1948-1950 tirées de "Kroniki Kazimierskie"

Quelques brèves de 2012... tirées de la presse régionale.

Coup de projecteur sur le prix Nobel de littérature 1996. Qui s'en souvient ?

Elles seront bientôt disponibles en librairies les "Histoires Polonaises" de notre ami casimirien, Jacek Rewerski.

Le saviez vous ? Dans les années 60, la chorale de l'Internat Saint Casimir est diffusée sur Radio Wolna Europa. un collector immanquable et incontournable.

En 1942, ce polonais a révélé aux grands de ce monde ce que le monde ne voulait pas savoir.

Des Casimiriens des années 60 sont venus enrichir notre photothèque. Bravo à Antoine et Casimir. Faisons tous comme eux, continuons à partager nos souvenirs au travers de notre site Casimirien et de notre journal.

Quand les médias étrangers s'intéressent aux Casimiriens.

Les sorties casimiriennes de décembre 2012 seront gratuites et se feront principalement au son des "Kolędy polskie" 

Comment écrivez vous : Kurier, Kurjer, Kuyer, ou Kurijer ?

Vous avez été quelque uns à nous signaler une faute d'orthographe dans le titre de notre journal. Nous vous devons cette explication.

Aujourd'hui, en Pologne, il y a de nombreux "kuriery"comme Kurier Warszawski, kurier Lubelski, …

Hier, en 1824 il y a eu un certain Kuryer Szafarski. Il s'agissait d'une parodie du Kurier Warszawski rédigé par un certain Pan Pichon (anagramme de Chopin). Ces écrits sont rassemblés dans ce livre.

Aux Etats Unis à la fin du XIX° siécle, est sortie le Kuryer Polski , avec un Y.  Kuryer Polski a été le premier quotidien en langue polonaise publié à Milwaukee (Wisconsin) entre 1888 et 1962.

A Poznan, le Kurier Poznanski a existé avec les trois orthographes avec un J, avec un I ou avec un Y. voir la galerie de photos

A ce stade de ma démonstration je me permets de vous poser une question simple. Et pourquoi notre journal casimirien ne s’orthographierait-il pas avec «  IJ »,  Kurijer Kazimierski. L’abbé Robay, notre professeur de français à tous aurait appelé cela une licence littéraire ! Et notre Kurijer Kazimierski ne mérite-t-il pas une certaine liberté ? La rédaction de KK revendique cette orthographe originale non conformiste et méritée.

Voilà: CQFD comme dirait monsieur Vergeot…

Brèves d'hier, novembre 1948, un vétéran s'installe à l'Internat ...

camion-gmc.jpg

Le 16 novembre 1948, le père Stolarek arrive au 15 place de la République à Béthune dans un camion GMC. Ce vétéran de la Seconde Guerre Mondiale sera d'une grande utilité pour l'internat Saint Casimir. Cette cięzarówka récupérée dans les surplus américains de la guerre, rendra de nombreux services jusqu'au milieu des années 60. Dès le lendemain 17 novembre 1948 ce vieux GMC permet de collecter le charbon auprès des familles polonaises dans les cité minières du Nord Pas de Calais. Grâce à ces dons de charbon, un sac par ci, un sac par là, l'Internat pouvait être chauffé pour pas cher. Lire les chroniques suivantes. Cliquer ci dessous sur les fac-simile de ces "kroniki Internatu Swiętego Kazimierza".

Pazdziernik 1948 Dans les années soixante je revois Brat Stefan au volant de cette machine inconduisible transporter le bois ou la recolle de tilleul. Ce vétéran avec son treuil relié directement au puissant moteur a aussi servi à déraciner de nombreux arbres pour faire place nette et installer les divers terrains de sport. Lorsqu’il a rendu l’âme il a longtemps séjourné dans la ferme. Les poules avaient élu domicile dans la cabine où on pouvait parfois trouver des œufs. Un quincaillerie abondante avait été récupérée dans les surplus militaires. René Łapczynski nous faisait un jour remarqué que les couverts de la jadalnia dans les années 50-60 étaient gravés US Army. Souvenez vous aussi des tentes et matériels de camping utilisés pour nos voyages d’été, souvent siglés US Army.

Novembre 1950, où la notoriété de l'internat Saint Casimir s'installe dans le paysage local.

Installé depuis 1947 au 15, place de la République à Béthune l'internat commence à se construire une place significative au sein de la communauté polonaise. Ils étaient 28 élèves à la rentrée 1947, Ils sont 67 élèves en 1950. On commence à être un peu à l’étroit dans cette jolie battisse béthunoise! On peut dire que le projet des révérends pères Olejnik et Murawski de créer cette école progresse favorablement. Tous les autres Oblats de Marie Immaculée présents en France ou au Benelux ont aussi leur part de mérite dans ce succès qui se profile. Ainsi le père Krachulec en montant une troupe de théâtre, un orchestre et une chorale contribuera à faire connaître l’internat Saint Casimir dans les paroisses des cité minières de France et du Benelux.

1950 sera une année clé, on s’entraîne dur et consciencieusement pour que cette activité culturelle soit aussi la meilleure possible. Ainsi le 11 novembre 1950, jour normalement férié avec retour dans la famille, les casimiriens restent au pensionnat pour peaufiner toute la journée les derniers détails de la pièce de théâtre sur la vie de Saint Casimir : « Królewicz umiera ». Pour pallier les possibles trous de mémoire, le père Duda s’installe dans le « soupirail » du souffleur (sufler).

Pazdiernik 1950, l'écriture est un peu plus difficile à déchiffrer.

Le dimanche 25 novembre 1950 la prestation de l’internat saint Casimir à Ostricourt sera un succès. L’orchestre, la chorale et la troupe théâtrale feront un tabac. C’est une ovation indescriptible. Parmi les spectateurs, ils sont nombreux les jeunes garçons désireux d’entrer à l’internat saint Casimir.

 Le sport n’est pas en reste. Ainsi le 20 novembre 1950 les pongistes casmiriens raflent un maximum de médailles et coupes au tournoi de Béthune. Voir ci dessous les fac-simile de ces "kroniki Kazimierskie".

Pazdiernik 1950, toujours cette écriture  un peu plus compliquée à déchiffrer.

Ça y est l’internat saint Casimir s’est installé le paysage des écoles françaises et de la diaspora polonaise. Pour les Oblats un nouveau défi leur est lancé. Il faut rapidement trouver de nouveaux locaux pour accueillir tous ces candidats à la formation bi-culturelle. Là encore ils réussiront.

Ils savaient faire leur marketing les Olejnik, Krachulec et autres Stolarek, etc...

Brèves d'aujourd'hui : Josette et Tadeusz célèbrent leur noces d'or ...

 Réunis avec leurs familles et leurs amis, Josette et Tadeusz Głowacz célèbrent leurs noces d'or ce 15 septembre 2012.  

La rédaction de Kurijer Kazimierski et tous les casimiriens de toutes les générations leurs souhaitent une belle et encore très longue continuation de cette idylle.

Sto lat niech zyjie młoda para.

 Voici comment la presse locale parlait de cette célèbration à la polonaise. Cliquer sur la photo pour l'agrandir

noces-d-or-1.jpg

12 novembre 2012, Les installations de l'ancien internat Saint Casimir de Vaudricourt reprennent du service...

A la rentrée de la Toussaint 2012 les élèves des petites sections de l'école de Vaudricourt ont intégré leurs nouveaux locaux réamenagés dans l'ancien bâtiment de l'internat Saint Casimir. Lire l'article dans la presse locale.

Ils doivent être fiers là haut que les installations qu'ils ont édifié dans la première partie des années 50 vont reprendre du service.

L'inauguration officielle de cette nouvelle école des marcassins de Vaudricourt aura lieu en mars 2013, nous aurons l'occasion d'en reparler. Nous vous rappellons que l'inauguration officielle de l'internat Saint Casimir a eu lieu le 3 octobre 1953, il y a donc 60 ans. Lire l’évocation de cette inauguration qu’en a fait Tadeusz Głowacz.

Coup de projecteur sur Wisława Szymborska

wisc582awa-szymborska-blog.jpgTout est dit en quelques mots bien choisis et bien ordonnés. Du bel ouvrage.

Kiedy wymawiam słowo Przyszłość,

pierwsza sylaba odchodzi już do przeszlości

Kiedy wymianam słowo Cicha

niszczę ją

Kiedy wymianam słowo Nic

strawam coś, co nie mieści się w żadnym niebycie.

Ce joli poème Trzy najdziwniesze słowa a été écrit par Wisława Szymborska prix Nobel de literrature 1996.

Wisława Szymborska, est une poétesse polonaise, née en 1923. Elle fait partie de cette génération sacrifiée: jeunesse dans les ténèbres hitlériennes, puis sous la patte bourrue du grand frère communiste. Elle a peu publié, environ 300 poèmes grâces auxquelles elle obtient le Prix Nobel de littérature en 1996. Elle décède le 1° février 2012.

Pour en savoir plus sur ce Prix Nobel un peu oublié voir lire ce texte lire ce texte  puis consulter  ce lien  et encore celui-ci ou celui-là. 

Voici une traduction en français de ce joli poème.

trois-mots-les-plus-etranges.jpg

Histoires Polonaises

La rédaction de KK est heureuse de vous annoncer la publication prochaine du livre de notre ami Jacek Rewerski.

couverture-r-et-v-sepia-3.jpg

Il ne s'agit pas pour Jacek, qui je vous le rappelle est historien et géographe de formation et de profession, de proposer une nouvelle Histoire de la Pologne. En 400 pages et 32 thèmes originaux bien choisis Jacek a opté pour la mise à disposition du lecteur novice ou déjà concerné par la Pologne des Clés pour bien et encore mieux comprendre la Pologne d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Il sait de quoi il parle lui le jeune polonais né à Sopot à proximité de Gdansk, réfugié politique avec ses parents dans les années 60.

Nous attendons avec impatience ton ouvrage Jacek !

Voici quelques unes des Clés proposées par Jacek qui nous permettront d’entrer plus profond dans le cœur de la Pologne, de sa Pologne.

Croyances et mythologies slaves, …, Napoléon la Pologne et la polonaise, …, Sopot, et un « joyeux médecin français » sur une plage de la Baltique, …, La guerre polono-soviétique, « miracle au bord de la Vistule et Charles de Gaulle, …Pilsudski, un de Gaulle polonais, .., 1939, début de l’enfer, … Angers - capitale de la Pologne, …, Une épuration ethnique oubliée, … La lutte contre le système : de Poznań à Gdańsk de Solidarność, …, Les Juifs, ces voisins qui ne sont plus, …, Les paysages ; a mi chemin entre le Canada, la Finlande et la Sibérie… 

La chorale de l'Internat Saint Casimir sur Radio Wolna Europa

manipulowac-rwe.jpg

Radio Wolna Europa et de façon plus générale Radio Free Europe est cette radio qui entre le 4 juillet 1950 et le milieu des années 90 émettait en 28 langues à partir de Vienne ou Munich donc à l’ouest du Mûr de Berlin en direction de l’Est vers tous les citoyens des pays du bloc soviétique qui n’avaient droit et devoir que d’écouter la parole distillée par le « catéchisme » bolchevico-communiste des oligarques déifiés du Kremlin. La spécialité de cette radio était de diffuser vers l’est toutes les informations que les soviétiques censuraient ou auraient censurées. Suivre ce lien pour lire l’histoire de Radio Free Europe RFE en français RFE en français ou RWE en polonais RWE en polonais . Aujourd’hui cette radio continue d'émettre en direction des pays du moyen orient : Iran, Irak, Syrie…

Ainsi par exemple pour savoir comment en occident la diaspora polonaise célébrait le Millénaire de la Pologne chrétienne en 1966, le seul moyen pour les polonais de Pologne de suivre ces événements consistait à écouter Radio Wolna Europa sur les ondes courtes. Mais cet acte délictueux était punissable,  comme écouter Radio Londres dans la France occupée par les Nazis.

La rédaction de KK a retrouvé dans les archives de cette radio subversive mais oh combien utile des documents sonores concernant ces célébrations en 1966. Ils sont à votre disposition.

Accéder aux documents sonores de Radio Wolna Europa

 Cliquer sur l'image ci dessous pour accéder à ces archives de RWA et suivez bien les instructions au dessous de cette image pour accéder au bon programme.

diapositive1-png-15.jpgPour entendre la chorale de l’internat Saint Casimir chanter à Notre Dame de Paris le dimanche 10 mai 1966 ou à la Salle Pleyel ce même jour il vous faudra choisir dans la liste déroulante proposée le document noté Data emisji 11-02-1969. Il se trouve dans le bas de la liste déroulante. Mais rien ne vous empêche d'écouter toutes les autres bandes sonores aussi. 

Il y a 70 ans... Il a révèlé aux grands de ce monde ce que le monde ne voulait pas savoir...

 

jan-karski.jpg

 

 Jan Karski, de son vrai nom Jan Kozielewski (24 avril 1914, Łódź - 13 juillet 2000 Washington), est un résistant polonais de la Seconde Guerre mondiale, courrier de l'Armia Krajowa (Armée de l'intérieur).

En octobre 1942, il part en mission, sous l'identité d'un travailleur français de Varsovie, traversant l'Allemagne, la France, l'Espagne, pour gagner Londres via Gibraltar. Il est chargé par la Résistance polonaise de fournir au Gouvernement polonais en exil et à son Premier ministre, le général Władysław Sikorski ainsi qu'aux représentants des partis politiques polonais en exil, un compte-rendu de la situation en Pologne, et transporte des microfilms contenant nombre d'informations sur le déroulement de l'extermination des Juifs en Pologne occupée. Lire la suite ... en français,  et encore... en polonais.

«Pour nous, Polonais, c'était la guerre et l'occupation. Pour eux, Juifs polonais, c'était la fin du monde. Il n'y avait pas d'évasion possible, ni pour eux ni pour leurs compagnons. Et cela n'était qu'un côté de la tragédie, qu'une des causes de leur désespoir et de leur agonie. Ils n'avaient pas peur de la mort en soit et l'acceptaient comme quelque chose de presque inévitable, mais s'y ajoutait l'amère certitude que, dans cette guerre ils ne pouvaient espérer à aucune victoire, aucune des satisfactions qui, parfois, adoucissent la perspective de la mort.»

 

Nos archives photographiques casimiriennes s'enrichissent jour après jour.

Bienvenue au club des Casimiriens à Casimir Stempin et Antoine Kałuzny (promo année 60). Il font partie de le deuxième centurie de casimiriens. En effet en mars 2012 nous étions un peu moins de 90 inscrits sur les listes de diffusion. Aujourd'hui nous sommes un peu plus de 120 abonnés à notre journal. Dans un prochain numéro nous ferons un petit reportage sur ces nouveaux venus. A cette fin vous les petits nouveaux envoyez à la rédaction une petite biographie (promo, mes copains de l'époque, qu'as tu fait durant ces 4 ou 5 dernières décennies...). le tout en 10 lignes !

Casimir et Antoine ne sont pas venus les mains vides.

Antoine nous propose toute une serie de photo inédites de notre voyage en vélo en Angleterre en 1964.

Casimir nous propose des photos de classe avec ses amis Niezgoda, Srocki, etc.. Grande question qui mérite réponse! Quel est le nom de la Maitresse qui figure sur la photo de classe. En 7° B il y avait Germaine Daubercies dite Biquette et cette dame qui enseignait en 6° et que nous surnomions Biquette 2. Mais quel est son nom.

Merci à vous pour vos photos qui viennent enrichir notre photothèque riche de près de 600 clichés.

Avis à tous les casimiriens de toutes les générations, cherchez encore dans vos boites à photos. Il y a encore des trésors cachés, j'en suis certain. Je vous rassure quant aux capacités de notre site. A ce jour nous n'utilisons que 26% de la place qui nous est alloué par notre hébergeur. Il y a de la place pour tous nos souvenirs.

 

Quand les médias étrangers parlent des casimiriens...

Nombreux sont les casimiriens cités dans les médias français; Prochainement nous reviendrons peut être en détail sur ce sujet si vous nous donnez matière à écrire.

Nous consacrons aujourd'hui quelques lignes à ces casimiriens qui intéressent presses et télévisions étrangères.

En juillet derniers le nom de Gabriel Garçon (promo 60th) s’inscrivait dans les lignes officielles du Monitor Polski. Entre parenthèse (qui aurait des photos de la remise de médaille ?).

En 1997 on parlait en Pologne de Richard Paluk Richard Paluk (promo 70-80,) de ses deux patries et des deux écoles polonaises à la création desquelles il a participé avec d'autres amis polonais, polonophones et polonophiles. C'est deux écoles ont été créées à Lyon et à Metz. Richard a aussi exercé des fonctions de directeur d’usine à Varsovie pendant plusieurs années. Richard est ingénieur HEI (Hautes Etudes Industrielles de Lille) où il a eu comme professeur de mathématiques un certain Gabriel Garçon. Oui le même Gaby que nous connaissons tous. Il n'y a pas que des liens de camaraderies mais aussi des liens de "maitre" à élève" entre casimiriens.

Bernard Gorzejewski

Récemment c’est notre ami casimirien Bernard Gorzejewski (promo 61-65) qui a été interviewé par la télévision roumaine. Comme beaucoup de sexagénaires en France, Bernard a été « remercié » de la boite d’informatique qui pour des raisons de profitabilité « dégraissait » et abandonnait un projet dans les Carpates roumaines. Ceux qui connaissent Bernard comprendront. Quand on lui dit chiche et qu'il dit oui, il fonce. Aujourd’hui Bgsoft existe en banlieue de Bucarest et tient une place importante dans la jeune industrie roumaine. Pour regarder ces deux videos allez sur le site de BGsoft  et là cliquer sur l'image actualité. Il ne change pas notre Nanard, toujours aussi jeune et efficace. Il a même repris l’entraînement et un poste de milieu de terrain dans l’équipe de foot de Bgsoft !

Un dernier mot sur André Przedpelski (promo 61-63) qui est retourné en Pologne et gère plusieurs tables gastronomiques à Łódź dont le U Fabrykanta. Si vous passez par Łódź, testez ses restaurants. Si André n’est pas là, laissez un mot concernant votre passage sur le Livre d’Or.

En décembre 2012 les sorties casimiriennes sont gratuites ...

Pour les ch'tis rendez-vous le 16 décembre à l'Eglise Notre Dame de la visitation à Auby pour un concert de Polskie Kolędy .

Voir tous les détails de ce récital. 

Koledy 16 décembre 2012 

 

Pour les lyonnais , vous aurez droit le 15 décembre 2012 à un récital de Polskie Kolędy et une exposition de crêches

Cliquer sur l'image ci dessous pour voir le programme.

diapositive1-17.png

Nous vous rappellons que deux casimiriens chantent dans le Choeur Polonium : Stan Ledochowski (promo 60) et Richard Paluk (Promo 70-80).

Pour les parisiens un colloque gratuit à la Bibliothèque Polonaise de Paris les 7 et 8 décembre 2012 sur les déportations de polonais en URSS.

Cliquer ICI pour lire le programme Cliquer ICI pour lire le programme.

diapositive1-15.png

La photo du mois...

La photo du mois n’est pas une photo, la photo du mois est une vidéo.

Vous connaissez tous ces danses où claquettes et musique irlandaises sont en harmonie parfaite dans un rythme d’enfer. Un bonheur pour les yeux et les oreilles.

claquettes-irlandaises.jpg

Mais connaissez vous l’origine de cette danse spectaculaire? 

C’est dans les Carpates polonaises que sont nés et ont été élaborés ces fameux pas plein d’harmonie, d’énergie et d’élégance. Ce sont les célèbres Górale tant appréciés par Karol Wojteła et le pape Jean Paul II qui sont à l’origine de cette chorégraphie.

Vous devez être en train de vous dire : « Arrête de déconner Zalisz …, nie zartuj ! )

Vous ne me croyez pas? La preuve, regardez cette vidéo.

Preuve supplémentaire s'il en fallait, Le Chœur Polonium de Lyon où chantent nos amis Stan Ledochowski et Richard Paluk a l’habitude de se produire avec le groupe de musique irlandaise Tortwood.

Encore une fois vous ne me croyez pas. Vas donc voir sur le site officiel  et écoute mizerna cicha interprété par ces deux ensembles. 

Alors il ne raconte pas que des bétises le Zeder. Rappel ils sont en concert à Lyon le 15 décembre. Voir rubrique précédente.

Voyages casimiriens pour 2013

Faute d'un nombre suffisant de participants (13 au lieu de 20 requis pour bénéficier des avantages d’un voyage de groupe), l’idée de notre voyage chez nos amis canadiens en l’état a été définitivement abandonnée. Szkoda !

Mais il nous reste la possibilité de faire avec l’équipe de Jacek Rewerski un joli voyage en Jordanie au printemps 2013 ou alors un retour à nos racines polonaises en août 2013. Suivre ce lien pour tout savoir sur ces voyages.

Date de dernière mise à jour : jeudi, 22 mai 2014