Kurijer Kazimierski numéro spécial, Mars 2013.

3 octobre 1953 - 16 mars 2013

diapositive1-png-21.jpgL'inauguration des nouvelles installations de l'école les Marcassins de Vaudricourt mérite bien un numéro spécial de Kurijer Kazimierski.

3 octobre 1953 - 16 mars 2013, deux dates marquantes dans l’histoire de cette commune d’Artois de moins de mille habitants.

Il y a soixante la communauté immigrée polonaise, la Polonia comme on dit aujourd’hui était réunie à Vaudricourt pour l’inauguration et l’installation de l’internat saint Casimir dans un bâtiment pensionnat flambant neuf. Terminé les chambres étriquées sombres et froides aménagées à l’étage de la « Ferme » ou du Château. Oubliées les salles de classes installées dans les étables de la ferme et au rez de chaussée du Château. Place aux dortoirs spacieux et aux salles de classes et « studium » larges et lumineux.

On venait de partout en France pour suivre cette formation biculturelle mise en place au sortir de la Seconde Guerre Mondiale par les Oblats de Marie Immaculée. C’est une poignée de jeunes prêtres polonais, sans le sous mais plein d’enthousiasme et très déterminés qui ont permis à ces jeunes polonais de se sortir de la condition ouvrière vécue par leurs parents. On est aussi venu de Belgique, de Grande Bretagne et même d’Allemagne et de Pologne à l’internat Saint Casimir de Vaudricourt. Etre pensionnaire à l’internat saint Casimir de Vaudricourt c’était la possibilité d’étudier dans un cadre exceptionnel. De 1947 à 1981, nous avons été plus de mille deux cents jeunes gens, issus de la deuxième ou troisième génération d’immigrés polonais, à avoir suivi nos études secondaires dans notre internat saint Casimir.

Le 16 mars 2013 c’est une grande partie des habitants de Vaudricourt qui empreinte la nouvelle rue Saint Casimir pour ce rendre à l’école les Marcassins. Après cinq ans d'efforts, ce vénérable bâtiment pensionnat astucieusement réaménagé est rendu à son destin initial : la formation et l’éducation des jeunes générations. C’est cette inauguration en présence des autorités et élus locaux et régionaux que nous vous proposons de revivre « Slowem i obrzem » par le mot et par l’image, sans oublier la musique.

Nous y étions, Stasiu, Richard et moi. Avec nous il y avait aussi le père Stanislaw Wodz, supérieur de l’institut Saint Casimir. C’est le lendemain de cette inauguration qu’il nous a brutalement quitté. Ce numéro lui aussi dédié. Le père Stanislaw avait des idées pour réhabiliter les locaux aujourd’hui trop grands où vivent les huit derniers Oblats. Que va devenir ce projet et les occupants de ces vénérables locaux casimiriens ? Réfléchissons y un peu !

De l'Internat Saint Casimir à l'Ecole les Marcassins de Vaudricourt

diapositive1-25.png

UNE INAUGURATION VUE AU TRAVERS DU PRISME CASIMIRIEN.

Il fait froid ce samedi 16 mars 2013, un froid sec. Pour me rendre à cette inauguration, je ne prends pas l’autoroute, mais la nationale 43, celle-là même qu’empruntait la traction Citroën de mes parents pour me conduire à l’internat saint Casimir, à la fin des années cinquante. Dans la campagne artésienne sur cette route qui mène de Lens à Vaudricourt, les bas-côtés sont encore garnis de la neige abondante tombée en début de semaine. Mais à Vaudricourt, la rue saint Casimir est parfaitement propre et dégagée ; un ruban d’asphalte fraichement et spécialement aménagé pour relier le centre du village à la nouvelle l’école les Marcassins.

Il fait froid dans la cour de l’école, mais les « marcassins » bien emmitouflés accueillent dans la joie et la bonne humeur les nombreux invités à cette inauguration tant attendue.

p1160705-1600x1200.jpg

Pendant que les quelques deux cents invités s’installent sous le préau aménagé en salle de réunion,

p1160696-1600x1200.jpg

l’harmonie municipale de Verquin réchauffe l’atmosphère au son d’un « In the moon de Glen Miller » ou « take the train de Duke Ellington ».

p1160695-1600x1200.jpg

11h20, Roger Valet, maire de Vaudricourt donne la parole aux enfants de l’école les Marcassins. En chœur, ils entonnent cette chanson des années soixante aux paroles un peu détournées pour la circonstance: « Donne-moi ta main, ... L’école est finie, l’école c’est ici, la classe peut commencer … ».

p1160700-1600x1200.jpg

Echarpe tricolore en bandoulière monsieur Valet prend la parole. Dans un préambule concis mais complet, il retrace l’histoire de ce bâtiment et de l’internat Saint Casimir. Il n’oublie personne ni aucun fait marquant. Tout est dit sur les objectifs des créateurs, sur la vie des casimiriens en marge et au sein du village et sur les résultats de cette œuvre aboutie de ces quelques jeunes prêtres oblats polonais : Ce sont quelques mille deux cents casimiriens issus de l’immigration polonaise qui ont été formés en ces lieux mémorables. Bravo monsieur le maire pour cet hommage et merci pour eux.

p1160702-1600x1200.jpg

Après cette introduction purement casimirienne monsieur le maire rend hommage à tous les acteurs et parties impliqués dans ce projet. L’histoire de cette réhabilitation c’est cinq années de labeur avec des hauts et des bas, mais le résultat est remarquable. L’ancien bâtiment pensionnat de l’internat Saint Casimir va se transformer en cette école les Marcassins, lumineuse, spacieuse et fonctionnelle. Du coté village des constructions annexes, modernes et colorées viennent compléter l’ancien bâtiment un peu sommaire voire même austère. Du côté Château le pensionnat conserve le même aspect qu’à l’époque. L’ensemble s’inscrit parfaitement dans cet écrin de verdure qui reste dans toutes nos mémoires.

Le ruban Bleu-Blanc-Rouge est coupé par les officiels présents, la visite guidée peut débuter. C’est une longue procession qui, pendant plus d’une heure va sillonner sur les deux premiers niveaux.

p1160711-1600x1200.jpg

Pour nous les casimiriens présents à cette inauguration : père Stasiu Adamski, Richard Kowalski et René Zalisz ce fut une visite un peu particulière et parfois même étrange. Je dois avouer qu’à plusieurs reprises, j’ai eu comme des absences avec des visions, des illusions un peu floues et précises à la fois !

Ici sur ce mur fraichement repeint en jaune, le sourire du Boss. Là, Chopin traçant une portée sur le tableau et griffonnant quelques notes en chantonnant. A l’emplacement du « grand studium » j’ai eu l’impression d’entendre monsieur Vergeot nous expliquer les identités remarquables ou Robay nous raconter, avec talent l’œuvre de Colbert,… Dans la salle de motricité de 100 m² aménagée là où à l’époque il y avait le studium des 7° et 6°, j’ai même cru entendre le fameux « plouss six » du père Grabinski…

p1160720-1600x1200.jpg

Je crois que je n’étais plus véritablement moi-même ou comme transporté « ailleurs dans le temps» ! Alors que je prends des photos sous tous les angles, une maman me demande : « à quel journal  appartenez-vous? » Et de répondre « je ne suis pas reporter, je suis un ancien pensionnaire de l’internat … ».

p1160719-1600x1200.jpg

Pour la suite de la visite j’ai été mis à contribution pour décrire les fonctions antérieures des locaux. Ainsi dans le coin du Studium des 6° et 7° je signale que le dimanche 18 octobre 1981 Lech Walesa en visite en France a fait un discours improvisé à la Polonia réunie ce jour-là à Vaudricourt. 1981 est aussi la dernière année de l’existence de l’internat saint Casimir sous la forme où nous l’avons tous connu. Le dernier pensionnaire, Richard Paluk est hébergé au Château et tous les jours Stefan le conduit à Saint Vaast pour suivre les cours.

En passant dans les classes installées au premier étage je précise qu’à l’époque il y avait deux dortoirs de trente lits à chaque étage…

diapositive7-6.png

En gravissant les escaliers qui mènent au premier étage, je me suis souvenu du récit de Tadeusz Glowacz où il raconte le samedi 3 octobre 1953. Ce jour-là, le Cardinal Piazza, venu spécialement de Rome procédait à l’inauguration et la consécration de l’Internat Saint Casimir. C’était il y a quelques soixante ans à quelques mois prêts. Il y a aussi eu une longue procession dans tous les locaux.

00016.jpg

Alors que ces lignes sont rédigées, un corbillard immatriculé en Pologne fait route vers la frontière Biélorusse. Après la messe d’Adieu qui s’est déroulée ce vendredi à 15 heures en l’église de Vaudricourt, le cercueil avec la dépouille du père Stanisław Wódz font route vers Koden en Pologne où ses obsèques auront lieu samedi dans la Maison polonaise des Oblats de Marie Immaculée.

Le père Supérieur nous a brutalement quittés le dimanche 17 mars mais la veille il a participé aux cérémonies d’inauguration. Les enfants de l’école des Marcassins se souviendront aussi du père Stanisław. En effet, quand en octobre 2012 il apprend que ces enfants devront traverser tout le village pour prendre leur déjeuner, il propose à la commune d’utiliser les cuisines et la grande salle de réunion désormais trop grandes pour les quelques oblats encore présents à Institut saint Casimir de Vaudricourt. C’est aussi dans ces locaux qu’à l’issue de la cérémonie la municipalité a reçu tous les invités pour le verre de l’amitié.

En guise de conclusion je reprendrai celle du maire de Vaudricourt inspirée de notre site casimirien : ‘’… Un passage de relais, symbolisé par ce message des anciens pensionnaires de l'Institut Saint-Casimir : « Aux jeunes qui entreront dans ces locaux astucieusement rénovés, nous voulons leur dire : n'ayez pas peur, le cadre de cette école est un lieu magique, propice à l'apprentissage dans la sérénité. »’’

Ce fut une belle cérémonie, laïque et républicaine, pleine d’émotion et même empreinte d’une certaine fierté.

Là-Haut, ils doivent fiers les Olejnik, Murawski, Krachulec, Stolarek et autres Grabinski… Après trente ans de léthargie le bâtiment pensionnat, leur Bâtiment est rendu à sa mission première : l’accueil et l’éducation des jeunes générations. Peut-être qu’ils jetteront un œil sur ces pages mais le Père Stanisław Wódz leur a déjà fait un débriefing détaillé.

Casimiriens, si vous souhaitez vérifier de visu, in situ et per teipsum la véracité de ces propos, je vous invite à venir à notre prochaine réunion des Anciens le 1° mai prochain. Monsieur Roger Valet, maire de Vaudricourt organisera spécialement pour nous une visite des nouvelles installations de l’école les Marcassins. N’oubliez pas vos appareils photos ; emmenez vos photos d’époque et peut être quelques kleenex !!!

p1160740-1600x1200.jpg

Cześć koledzy.

René Zalisz. 21 mars 2013

Quelques documents supplémentaires concernant l'inauguration de l'école les Marcassins...

Père Stansław Wódz (1949-2013)

Arrivé de Pologne en septembre 2011, le père Stansław Wódz est rappelé à Dieu le dimanche 17 mars 2013.

Voici deux deux textes concernat le père Stansław Wódz prématurément disparu. Une  biographie parue récemment dans Niepokalana biographie parue récemment dans Niepokalana (merci à Bogdan Kochowich) et une évocation casimirienne du père supérieur évocation casimirienne du père supérieur (merci à Jean Strzelczyk). 

La veille nous avons discuté avec le père Stansław des modalités de notre prochaine réunion des Anciens le 1 mai 2013. IL était heureux de nous accueillir et nous attendait...

Qu'il repose en Paix dans cette terre de Pologne qu'il aimait tant.

1 mai 2013, Réunion des anciens de l'internat Saint Casimir...


NOTEZ SUR VOS AGENDA.  INFORMER LES CASIMIRIENS NE FIGURANT SUR NOS LISTES DE DIFFUSION MAIL :

1° mai 2013, Internat Saint Casimir de Vaudricourt,

Réunions des anciens

 diapositive2-14.png

 

Accéder au formulaire.

 

Au plaisir de nous revoir tous ce jour là, avec en plus une visite de la nouvelle école les Marcassins.

Date de dernière mise à jour : jeudi, 22 mai 2014