L’Aigle Blanc flotte sur les mers et océans (1939-1945)

La marine polonaise, une renaissance lente et compliquée.

220px naval ensign of poland2 svg

Le nouvel état polonais renait après 150 ans d’occupation le 3 novembre 1918, mais sa reconstruction pourra réellement débuter après la fin de la guerre contre les bolchéviques en 1922. La remise en état des infrastructures civiles et militaires sera lente en compliquée.

Sur le plan militaire, dans l’entre deux guerres le jeune état polonais a privilégié le renforcement de l’armée de terre et de l’aviation plutôt que la marine. Le budget de la marine représentait moins de 5% du budget militaire national. Plusieurs plans furent lancés entre 1920 et 1927 pour constituer une marine de guerre, mais aucun ne fut mené à terme avant le début des années trente.

La jeune Marine polonaise est relativement peu développée à la fin des années 20. Elle est constituée en partie de bâtiments pris dans ce qui reste de la marine allemande qui s’est sabordée. Les navires allemands sont rebaptisés au nom des provinces polonaises comme le KASZUB, KRAKOWIAK, MAZUR, SZLAZAK, PODHALANIN. Dans les années 30, quatre dragueurs de mines furent alors construits dans les chantiers navals polonais, rapidement rejoints par deux destroyers commandés en France: WICHER et BURZA et trois sous-marins: WILK, ZBIK et RYS. S'y ajoutèrent en 1935 un mouilleur de mines, le GRYF, construit en France, et deux destroyers construits en Grande-Bretagne: GROM et BLYSKAWICA, deux sous-marins construits aux Pays-Bas en 1936: ORZEL et SEP, puis deux nouveaux dragueurs de mines: ZURAW et CZAPLA de construction nationale. Les destroyers ORKAN et HURAGAN furent aussi construit dans les nouveaux chantiers de Gdynia.

1935 marynarze ii rp

Cliquez sur l'image ci-dessus pour voir à quoi ressemble la marine polonaise. 

En 1939, la Marine Polonaise dispose de : 4 destroyers, 4 torpilleurs, 5 sous-marins (+2 en construction en France) et 17 navires auxiliaires (dont le mouilleur de mines Gryf et 6 dragueurs de mines).

En musique, et vous connaissez la chanson, passez en revue la flotte polonaise de l'époque.

Jeune mais valeureuse, la marine polonaise forcera l’admiration des alliés.

Si les combats des Polonais dans les airs et sur terre sont connus, en revanche les actions de leurs camarades de la flotte le sont beaucoup moins. Ils ont pourtant participé à un très grand nombre d’opérations, forçant l’admiration des Alliés.

Film

Le 28 août 1939, tous les navires militaires (un peu moins d'une trentaine) ou civils (40 bâtiments) battant pavillon polonais reçoivent l’ordre de rester hors des eaux territoriales polonaises ce qui explique que seulement 10% de la flotte fut détruite lors des affrontements de début septembre 1939. Les défenses côtières eurent pour mission de résister le mieux et le plus longtemps possible sans l’aide des navires en mer.

Westerplatte schleswig

Venu pour une "visite de courtoisie", le 1° septembre 1939, le Cuirasier Sleswig-Holstein bombarde le presque ile de Westerplatte près de Gdansk.

Les premiers jours de septembre 1939, la petite et dévouée Marine polonaise opposa, contre toute attente, une forte résistance à l’invasion par de nombreux actes d’héroïsme. Le Mazur se rendit seulement lorsque les canonniers du navire qui coulait eurent de l’eau jusqu’à la taille et ne furent plus en mesure de tirer. Tandis que le Burza, le Grom et le Blyskawica purent s’échapper pour rallier Leith en Ecosse, le reste de la flotte se battit remportant quelques succès bien que limités. Le Gryf et le Wicher firent feu et mirent hors d’état le vaisseau amiral Leberecht Maas le 3 Septembre avant qu’un bombardement massif allemand ne les coule. La flotte sous-marine se sauva et trouva soit refuge en Suède ou dans le cas du Wilk rallia la Grande-Bretagne tandis que l’Orzel sous le commandement du Capitaine Jan Grudzinski se sauva héroïquement de Tallin en Estonie vers la base navale de Rosyth en Ecosse sans carte marine, sans munitions ou canons, terre d’accueil de la flotte sous-marine britannique.

Lors de différents combats, le dragueur de mines allemand M-85 fut coulé par les mines déposées par le Zbik alors que les destroyers Burza et Blyskawicka eurent attaqués et vraisemblablement détruit un sous-marin avant de quitter la Baltique.

Le 18 Septembre 1939 la Marine polonaise militaire et marchande fut rattachée à la Royal Navy sous commandement de l’Amirauté britannique mais naviguera sous pavillon polonais.

De nouveaux bâtiments lui furent confiés sous la forme d’un contrat de location. La Marine polonaise compte désormais 6 destroyers (Garland, Piorun, Krakowiak, Kujawiak, Slazak, Orkan ) 3 sous-marins ( Sokol, Jastrab et Dzik), 6 torpilleurs et 2 croiseurs (Dragon et Conrad). Leur théâtre opérationnel allait de la protection de convois dans l’Atlantique et la Méditerranée, mission en Mer du Nord ou missions spéciales pour des opérations bien précises ; par exemple : la Blyskawica assura la protection des troupes lors de l’évacuation de Dunkerque.

La Blyskawica et le Grom participèrent à la campagne de Norvège à Narvik engageant les batteries de défense côtières allemandes. Lors de cette opération le Grom fut coulé dans le fjord de Rombaken. Dans la nuit du 20 Juin 1940 le Wilk décela un sous-marin et le pulvérisa. Dans un engagement digne d’un « David et Goliath » le destroyer Piorun trouva et engagea le combat contre le cuirassé Bismarck gagnant le respect pour sa vaillance.

Le foudreCliquez sur l’image ci-dessus pour visionner l’histoire de la Blyskawica. Aujourd’hui le bateau est un musée à Gdynia.

La Marine polonaise eut, en 1944, un rôle de soutien significatif dans le raid sur Dieppe, l’invasion de la Sicile ou lors du Jour-J en Normandie.

La marine polonaise dans l’opération Overlord.

Le 6 Juin 1944 à l’exception d’un navire (le Garland) tous les autres navires polonais militaires et marchands furent impliqués dans l’opération Neptune – la partie navale de l’Opération Overlord.

Le croiseur Dragon  fut rattaché à la Force D en support à la 3ème Division canadienne sur la plage de JUNO à Courseulles (qui inclura plus tard la 1ère Division blindée polonaise).

Les destroyers polonais SLAZAK et KRAKOWIAK  assurèrent la couverture du débarquement des Britanniques à Ouistreham protégeant les dragueurs de mines et les barges de débarquement.

Piorun 1

Cliquer sur l'image ci dessus pour voir la contribution de la Marine Polonaise dans l'opération Overlord.

Le BLYSKAWICA et le PIORUN furent rattachés à la flottille des destroyers Tenth, constituée des 19ème et 20ème  divisions dont la BLYSKAWICA était le leader.

Dans la nuit du 8 au 9 Juin 1944 la flottille était au large de Ushant. Après que la Raf ait aperçut une imposante flotte allemande tentant de disloquer les convois et les lignes de ravitaillement pour les plages de Normandie, s’engagea la bataille décisive de l’île de Batz. Les Alliés paralysèrent les dernières tentatives de la Marine allemande en la repoussant au large, aidés en cela par une contribution polonaise significative en particulier le BLYSKAWICA et le PIORUN.

Pendant le débarquement, le croiseur léger « Dragon », est endommagé et sera utilisé comme brise lames au port d’Arromanches.

A cette armada militaire se sont joints aussi une trentaine de bâtiments de la marine marchande (Polska Marynarka Handlowa) comme les: Kmicic, Kordecki, Chorzów, Narew, Wilno, Katowice, Kraków et Poznań.

Les navires polonais prirent part, d'abord aux côtés de la marine britannique, plus tard aussi américaine, a des dizaines d'opérations : entre autres, en mai 1940 dans la région de Narvik et à l'évacuation des troupes britanniques de Dunkerque, à la protection de convois pour Mourmansk et Malte, mais surtout à la bataille de l'Atlantique de 1940 à 1944, y compris à la célèbre " chasse au Bismarck ", le plus grand croiseur de la Krigsmarine (mai 1941).

Au total, les navires de la marine polonaise prirent part à 665 batailles et escortèrent 787 convois, coulèrent 5 sous-marins de l'ennemi et 41 bateaux et en endommagèrent 24 (dont 8 sous-marins). De plus, le transport maritime des forces alliées était renforcé par 36 bateaux de commerce qui se trouvaient en 1939 en dehors des frontières polonaises.

Un peu plus de 400 hommes de bord et officiers marins donnèrent de leur vie pour la défense de la Grande-Bretagne et de l’Europe.

Date de dernière mise à jour : mercredi, 08 juillet 2020