Kurijer Kazimierski N° 19, juin 2014

Nous vous l’annoncions dans le numéro de février dernier de Kurijer Kazimierski, l’année 2014 est une année riche en événements importants pour la Pologne.

À la rédaction, nous aurions pu écrire tous les jours sur une commémoration différente. Pour cela il aurait fallu embaucher, mais il est compliqué de recruter des rédacteurs même à temps partiel… Pour ce numéro spécial Les Polonais durant le Débarquement 1944, Dominik Parchanowicz et Jacek Rewercki ont répondu à notre appel et nous proposent des billets et des documents sur le sujet. Voir plus bas sur cette page. Merci à vous deux.

Mais commençons par revoir en détail ce qui s'est passé les 4 et 5 juin 2014 à Varsovie...

Il y a 25 ans. 4 et 18 juin 1989 : Retour vers le Futur et vers la liberté...

4 et 5 juin 2014 : Retour vers le Futur II. la Pologne libre, nouvelle venue dans l’Europe s’installe sur l’échiquier géopolitique mondial.

Polska 2

Comment interpréter ce qui s’est passé depuis ces derniers jours en Pologne. L’histoire nous le dira plus tard.

Alors que le Monde attend les célébrations officielles du 70e anniversaire du débarquement Allié en Normandie, à Varsovie, la Pologne fait savoir haut et fort au Monde qu’elle est (re)devenue une nation incontournable dans l’Europe Moderne. Selon nous, à la rédaction de Kurijer Kazimierski, cela pourrait ressembler à une certaine forme de revanche de la Pologne actuelle sur un XX° siècle sombre, compliqué et dramatique, mais aussi une revanche, sur son voisin (envahissant) de l’Est : Staline et l’URSS et de façon plus générale la Russie.

En juin 1945, le "grand" Staline avait réussi à faire oublier au monde entier le rôle joué par la Pologne et les Polonais durant la seconde guerre mondiale. Souvenez-vous, lors du défilé de la victoire, les armées de tous les pays alliés ont défilé dans les rues de Londres le 15 juin 1945, tous les pays à l’exception de la Pologne. Une nouvelle fois, Staline, en grand stratège et ordonnateur du monde, avait réussi à anesthésier les Alliés et leur imposer ses volontés. Auparavant, il y avait déjà eu Yalta, « la mise sous silence » du général Sikorski, sans oublier le massacre de Katyn…

Depuis son entrée dans la communauté européenne il y a 10 ans, la Pologne a réussi à s’imposer comme une pièce majeure et incontournable sur l’échiquier géopolitique du monde actuel. Cela n’était pas prévu au programme (?), mais la semaine dernière, le général Jaruszelski mourait, comme pour, bien marquer la fin de l’ère du communisme en Pologne. Jacek Rewerski nous propose un «billet»propose un «billet» sur l’instigateur de l’état de siège en Pologne en décembre 1981 qui voulait aller encore plus loin !

Walesa jaruszelskiWalesa rend visite au général en mai 2014

Avec les nombreuses manifestations qui se sont tenues à Varsovie en ce début juin 2014, La Pologne d’aujourd’hui et l’Aigle Couronné, se rappellent au bon souvenir de la Russie d’aujourd’hui et d’hier, en lui précisant que la Pologne existe toujours et plus que jamais. Les Polonais sont entrés dans la Grande Europe et ne font plus partie, ni du Bloc Soviétique, ni de la Grande Russie.

C’est un succès pour les Polonais et un pied de nez à Moscou d’avoir réussi à inviter le président Obama à Varsovie, le 4 juin 2014, pour les célébrations du vingt-cinquième anniversaire des premières élections libres en Pologne depuis 1939.

25 ans

Je ne suis pas sûr que le locataire du Kremlin apprécie à leurs justes valeurs toutes ces manifestations aux portes de Sa Russie, alors qu’un vent de liberté et d’indépendance souffle aussi sur l’Ukraine.

Souvenez-vous, dans son (premier) discours d’investiture, Poutine rappelait : «  La chute de l’Union Soviétique esr une catastrophe et que le destin de la Russie est d’être un Grand Empire » ! Que pense-t-il du fait que le nouveau président, fraîchement élu d’Ukraine, Petro Porotchenko, soit invité à Varsovie en même temps que le président Obama ! Que pense Vladimir de cette réunion organisée à Varsovie le 4 juin 2014 en présence d'Obama, avec les pays issus de l’ancien bloc soviétique : Pologne, Lettonie, Bulgarie, Slovaquie, Roumanie, Croatie, Estonie, Hongrie, Lituanie ! Une réunion de l’OTAN aux portes de la Russie. Staline doit être vert dans son mausolée !

Obama plus 2

C’est un autre tour de force, pour les Polonais, d’avoir fait coïncider la visite du président Obama à Varsovie avec la remise officielle du prix Solidarnosc au leader Tatar de Crimée pour sa lutte pour la liberté. Mustafa Djemilev, 70 ans, s’est toujours battu pour le retour des tatars en Crimée après leur déportation, à l’époque soviétique, vers les lointaines contrées d’Asie centrale : Ouzbékistan ou Tadjikistan… Depuis la récente annexion de la Crimée à la Russie, Mustafa Djemilev est interdit de séjour en Crimée…

Walesa crimee 2

Mais que pense Vladimir de tout cela? Vladimir poutine president russie 300x225

A ce point !!!

Je viens de regarder l’interview que Vladimir Poutine a donnée à TF1 et Europe 1. On le dit bon joueur d'échecs ! Il a encore beaucoup de ressources cet ancien patron du KGB. Il est fort et incontournable cet homme, il ne faut pas négliger ce probable futur Tsar...



[1] Il est donc permis de conclure que la Pologne avait mis sur pied la quatrième armée alliée quant a son importance en nombre. https://www.ww2.pl/Apport,de,la,Pologne,et,des,Polonais,%C3%A0,la,victoire,des,Alli%C3%A9s,142.html

 

Les Polonais et le Débarquement du 6 juin 1944 : mythe ou réalité !

Une partie de la réponse est donnée ci-dessous.

Carte cimetieres normandie

Dans les 28 cimetières militaires de Normandie reposent les dépouillent de :

60 599 soldats allemands
15 822 soldats britanniques
13 797 soldats américains
7 980 soldats canadiens
727 soldats polonais (en savoir plus...en savoir plus...)
48 soldats australiens
28 soldats français
15 soldats néo-zélandais
7 soldats sud-africains
7 soldats russes
2 soldats tchécoslovaques
2 soldats italiens
1 soldat belge
8 soldats non identifiés
Auxquels il faut ajouter les soldats disparus ou enterrés ailleurs...

Pour en savoir plus sur ce Débarquement, parmi les milliers de sites disponibles, nous vous proposons de consulter la riche page « le Débarquement en 10 questions » proposée par FR3 Basse-Normandie. En quelques questions/réponses on fait le tour de la question avec rigueur et précision. Bravo FR3!

Debarquement

Cliquez sur l'image ci dessus pour voir en musique une liste de polonais ayant débarqué. Vous y reconnaitrez peut être un de vos proche.

Comme nous le rappelle Jacek Rewerski dans ce texte, dans ce texte il y a une certaine omerta il y a toujours une certaine omerta sur le rôle des polonais en 1944. Est-ce consciemment ou pas qu’une nouvelle fois un des alliés est oublié ? Nous essaierons dans les paragraphes suivants d’y remédier…

Souvenons-nous : Septembre 1939, la guerre débute tragiquement pour les Polonais et la Pologne.

Dans la quasi indifférence générale, en moins de trois semaines, en septembre 1939, la Pologne et son armée sont anéanties par les nazis d’Hitler et l’Armée Rouge de Staline.

Anglais et Français sont bien là, chez eux et ils observent l'Aigle Polonais se faire "déplumer" !

Cliquer sur l'image ci dessous pour voir, en images, une histoire de l’invasion de la Pologne .

Aigle se battantNe l’oublions pas, à l’époque Adolf et Joseph s’étaient alliés pour crucifier et dépecer la Pologne. Comme avant 1914, Soviétiques et Nazis se partagent les terres polonaises…

6 juin 1944 png

Les forces vives polonaises survivantes quittent la mère patrie et s’organisent autour d’un gouvernement polonais en exil qui s’installe, d’abord en France, à Angers jusqu’en juin 1940, puis à Londres. Sous la présidence de Władysław Raczkiewicz, le Général Sikorski à la tête du gouvernement polonais en exil met sur pied une armée de plusieurs dizaines de milliers d’hommes dans toutes les armes. L’armée polonaise en exil est considérée comme la quatrième armée alliée quant à son importance en nombre.

Comme l’a justement précisé François Hollande dans son discours au cimetière d’Urville le soir du 6 juin 2014, les polonais n’ont jamais baissé les bras. Ils se sont illustrés de Narwik à Tobrouk, de Monte Cassino à Arnhem en passant par Caen et Falaise… Sur terre, dans les airs et sur les mers…

Img 4920

Cliquez sur l’image ci-dessous pour en savoir plus sur l’implication des polonais sur les champs de batailles de la Seconde Guerre Mondiale.

000

 

Et le jour du débarquement, le 6 juin 1944, des unités de la marine et de l’aviation polonaise sont engagées dans l’opération « Overlord ».

La Marine Polonaise dans l’opération Overlord

Si les combats des Polonais dans les airs et sur terre sont connus, en revanche les actions de leurs camarades de la flotte le sont beaucoup moins. Ils ont pourtant participé à un très grand nombre d’opérations, forçant l’admiration des Alliés.

Le 18 Septembre 1939 la Marine polonaise militaire et marchande qui put fuir la mer Baltique fut rattachée à la Royal Navy sous commandement de l’Amirauté britannique mais naviguera sous pavillon polonais (Polska Bandera).

Cliquer sur l’image ci-dessous pour en savoir plus sur la « jeune et vaillante marine polonaise »

Marynarka wojenna rp

Le 6 Juin 1944 à l’exception d’un navire (GARLAND) tous les autres navires polonais militaires et marchands furent impliqués dans l’opération Neptune – la partie navale de l’Opération Overlord.

Le croiseur Dragon fut rattaché à la Force D en support à la 3ème Division canadienne sur la plage de JUNO à Courseulles (qui inclura plus tard la 1ère Division blindée polonaise).

Les destroyers polonais Ślązak et Krakowiak assurèrent la couverture du débarquement des Britanniques à Ouistreham, protégeant les dragueurs de mines et les barges de débarquement.

Szazak

Le Blyskawica et le Piorun furent rattachés à la flottille des destroyers Tenth, constituée des 19ème et 20ème  divisions dont la Blyskawica était le leader.

Piorun

Dans la nuit du 9 Juin 1944 la flottille était au large de Ushant après que la Raf ait aperçut une imposante flotte allemande tentant de disloquer les convois et les lignes de ravitaillement pour les plages de Normandie. Après une bataille décisive, les Alliés paralysèrent les dernières tentatives de la Marine allemande en la repoussant au large, aidés en cela par une contribution polonaise significative.

Pendant le débarquement, le croiseur léger « Dragon », est endommagé et sera utilisé comme brise lames au port d’Arromanches.

Dragon

Un peu plus de 400 hommes de bord et officiers donnèrent de leur vie pour la défense de la Grande-Bretagne et de l’Europe.


Les « As » Polonais dominent le ciel normand et pilonnent les positions allemandes sans relâche.

L’aviation polonaise en exil compte 18 escadrons soit environ 19 000 hommes et quelques 500 avions de combat principalement en Grande-Bretagne. Le rôle des aviateurs polonais dans la bataille d’Angleterre est reconnu et a été décisif. Mais les «Rafałki"» interviennent aussi en Normandie avant, pendant et après le débarquement du 6 juin 1944.

11 des 18 escadrons polonais sont engagés le 6 juin 1944 en Normandie, notamment les escadrons polonais 302, 308, 317 et l’escadron 303 « Tadeusz Kościuszko». Et les Skrzydła Myśliwskie 131 et 133 dirigées par Julian Kowalski et Stanislaw Skalski.

Skalski mustang iii

Pour l'opération Overlord, tous les avions de la RAF étaient marqués de trois bandes blanches pour ne pas être confondus avec les avions Nazis. Ci-dessus l'avion de Stanislaw Skalski.

Voir aussi notre dossier dans Kurijer Kazimierski numéro 4  sur ces pilotes polonais en Grande Bretagne.

Le 11 juin 1944, les premiers Mustang de l’escadron polonais 131, (131° Skrzydło Myśliwskie) atterrissent et s’installent en Normandie. De juin à août 1944 les escadrons de bombardiers 300, 304, et 305 sont mobilisés pour des missions de bombardements en appui des opérations à terre. Les escadrons 306, 315 et 316 sont mobilisés pour des missions de destruction des sites de lancement de V1 dans le nord de la France durant l’été 1944.

Le 4 août 1944, la première division blindée polonaise commandée par le général Maczek, débarque sur les côtes normandes, dans le secteur de Juno Beach. Forte de 16 000 hommes et 500 chars, elle va s’illustrer dans la bataille de la poche de Falaise (Maczuga, La Massue), avant de s’élancer jusqu’aux portes de l’Allemagne en passant et libérant la Normandie, le Nord de la France, la Belgique et la Hollande…

Periple

Périple de la 1° Division Blindée du Général Maczek entre août 1944 et mai 1945

Des Casimiriens se souviennent du Débarquement et de la Bataille de Normandie en juin-août 1944.

Dominik Parchanowicz nous propose de revivre l’épopée de ces Diables Noirs de la Division du Général Maczek, au travers du récit que lui en a fait Antoni Parchanowicz, son papa.

Dominik Parchanowicz est un Casimirien de la promotion du début des années 60. Il n’est pas compliqué pour lui d’aller à l’internat. Les grands-parents Parchanowicz se sont installés à Verquin. Très tôt, à l’automne 1939, Antoni, le papa de Dominik, s’engage dans l’armée française puis anglaise pour lutter contre les nazis…Cliquer sur l'image ci-dessous pour lire la suite...

2013 09 12 wk pamiatki 1

Dominik devant une vitrine du musée de Zagań contenant les effets et souvenirs de son papa.

Le papa de Joseph Kempa a également servi dans la 1° DB du général Maczek. Joseph a fait don au mémorial de Montormel en 2013 de différents documents, photos et médailles ayant appartenus à son papa (Edmund KEMPA 1912-1982) qui a servi dans la 1° DB du général Maczek.

Image0 copie

Edmond Kempa (à droite), papa de notre ami Casimirien Joseph Kempa (à gauche) lors d'une visite dominicale à l'internat.

L’oncle maternel de Jacek Rewerski a également servi aux côtés du général Maczek. Il doit probablement y avoir d’autres proches parents de Casimiriens qui ont participé à cette épopée.

Oncle

Oncle maternel de Jacek Rewerski dans l’uniforme de la 1° DB du général Maczek . Après avoir pris part à l'insurrection de Varsovie, il rejoint l’Ecosse pour servir dans les Diables Noirs.

Film biographique consacré au général Stanislaw Maczek. Dans le dernier tiers, consacré à la bataille de Normandie vous y reconnaitrez peut-être un de vos proches !

Film

Cette année, aux côtés du Président Bronislaw Komorowski, il y avait une vingtaine de vétérans polonais aux célébrations du 70° anniversaire du débarquement en Normandie.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour voir quelques-uns de ces vétérans.

Komorowski et veterans

"Plus jamais ça..." : écoutez une interview d'Edouard Podyma, vétéran franco-polonais, un membre de la 1° division blindée du général Maczek.

Curiosité : La 1° division du général Maczek en bande dessinée.

Philippe Zytka, scénariste de bande dessinée termine un ouvrage sur les Lions de Maczek...cliquez sur l'image pour tout savoir sur ce projet.

Maczek bd 5

Une bonne idée pour un cadeau de Noël !

Et pour ceux qui voudraient en savoir encore plus sur ces Lions de Maczek voici :

Une thèse soutenue en 2011 : 486 pages en polonais (oups!) : Od Normandii do Ypres. Działania bojowe 1. Dywizji Pancernej gen. Stanisława Maczka we Francji w 1944 r.

Un film sur ces combattants polonais pendant la Bataille de Normandie.

Maczek bd 3

Maczek bd 2

Jumelage de Zagań (Pologne) et de Saint Omer (France)

Saint Omer est une des villes qui a été libérée en septembre 1944, par la Division Blindée du Général Maczek en route vers la Belgique et la Hollande. Un jumelage de ces deux villes est prévu prochainement.

Dominik Parchanowicz nous parle de la ville de Zagań en Pologne qu’il connait bien.

Cette ville est située au sud-ouest de la Pologne à une quarantaine de kilomètres de Cottbus en direction de Wroclaw.

La 11ème division de Cavalerie blindée polonaise est installée à Zagań. Elle a repris les traditions de la 1ère DB Polonaise du Général Maczek suite à la dissolution de l'association mondiale qui siégeait à Londres. Aujourd'hui toutes les affaires courantes concernant la 1ère Division Blindée du général Maczek sont suivies et réglées par Zagan, et ceci pour l'Europe.

Zagan a son musée Maczek et ils recherchent en permanence des dons de personnes qui ont eu des parents qui auraient eu un lien avec cette division. Dominik a fait don d'un grand nombre de souvenirs de son papa au musée de Zagań.

Zagan pachanowicz

Dominik Parchanowicz et son épouse dans le musée de Zagań en Pologne devant une vitrine contenant les effets et souvenirs de son papa qui a servi dans la 1° DB du général Maczek.

Voir comment on parle de Dominik en Pologne sur le site la 11°division de Cavalerie Blindée en Pologne...

Tous les ans fin août, des polonais de Zagań assistent à la commémoration au Montormel en l'honneur de la fin de la bataille de Normandie.

Pendant plus d'une dizaine d'années, Dominik a été le vice-président de l'association nationale du souvenir de la 1ère Division Blindée avec le colonel Hutin-Sroka qui en était le président. L'oncle du colonel a perdu la vie en Normandie.

Maintenant, Dominik continue son action en ayant des relations étroites avec les responsables de Zagań : Général Szura Zbigniew, président de la Fédération des cavaliers polonais; Colonel Kotula Waldemar, directeur du musée de Zagan ainsi que l'ancien attaché militaire polonais de Paris, le colonel Kozicki Waldemar qui est à Varsovie de nos jours; et beaucoup d'autres...

Si vous allez en Pologne, passez par Zagań, ils seront très heureux de vous recevoir.

 

Après l'Opération Overlord à l'Ouest, Opération Bagration : les soviétiques déferlent à l’Est…

Alors que les alliés débarquaient en Normandie, l’Armée Rouge de Staline termine la préparation de l’Opération Bagration. L'Armée rouge déploie à partir du 22 juillet 1944, une puissance qui stupéfie tous les camps belligérants.

La ligne de front s'étend sur 1 000 km, en moins de deux mois, les Allemands perdirent plus d’un demi-million d’hommes et furent enfoncés sur près 
de 600 kilomètres. C'est l'une des plus grandes défaites de la Wehrmacht pendant la guerre et, sur le plan humain, la plus grande catastrophe militaire de l’histoire allemande.

Se pose aussi un impératif : le devoir d’histoire. En l’espèce, une question : Staline n’est-il qu’un allié ? Ne Sacrifions rien au travail de mémoire ! 
Les faits historiques demeurent des faits.

Jacek Rewerski nous propose un un "billet" avec une analyse du rôle ambigu joué par Staline durant la seconde guerre mondiale.

6 juin 1944 2 png

Après avoir lu l'analyse de Jacek sur le rôle ambigu de Staline, la rédaction de Kurijer Kazimierski tient à ajouter que depuis quelques années les historiens commencent à revoir leur position quant à l’issue de cette seconde guerre mondiale. Si pour beaucoup et jusqu’aux années 2000, les Américains sont les grands vainqueurs de ce conflit, des auteurs, mêmes Américains tels que Antony Beevor, clament haut et fort que Staline est en fait le seul et unique vainqueur de ce conflit. Durant les années qui ont précédé et pendant toutes les années de guerre entre 1939 et 1945 mais aussi après la fin de la guerre, Staline a réussi à manipuler, endormir et faire avaler les plus grosses couleuvres à tous les dirigeants du monde sans exception…mais aussi à son peuple.

Ne me taxez pas de révisionnisme historique ni moi ni les autres auteurs. Ces faits historiques figurent noir sur blanc dans l’excellent journal anglais « Punch »: cliquer sur l’image ci-dessous pour voir plus de ces faits historiques parfaitement décrits à l'époque déjà.

Hitler stalin 2

Les conclusions historiques reposent sur des Faits. En voici un autre ! Après la déclassification en novembre 2012 de documents secrets de l’armée américaine, une historienne américaine d’origine polonaise Krysztyna Piórkowska  a apporté la preuve que les Anglais et les Américains savaient que les soviétiques étaient responsables des massacres de Katyn, et ce depuis 1943. C’est pour ne pas nuire aux relations entre les alliés et Staline que cette information a été tenue secrète aussi longtemps.

Voir aussi le livre d’Alexandra Viatteau  "Staline assassine la Pologne. 1939 - 1947", paru en 1999.

Joseph Staniaszek (1947-2013) et les célébrations du 70° anniversaire du débarquement du 6 juin 1944

Pour terminer cette évocation des polonais durant le débarquement de 1944 en Normandie nous ne pouvons pas ne pas nous souvenir de notre ami Joseph Staniaszek. Joseph nous a quitté le 2 juin 2013. Mais il était des nôtres le 1er mai 2013, lors de notre réunion des anciens élèves de l’internat Saint Casimir à Vaudricourt.

Img 3433

De droite à gauche : Joseph Lutomski, Joseph Staniaszek, Richard Piasecki et René Zalisz

À cette occasion, il nous avait beaucoup parlé des célébrations du 70e anniversaire du débarquement en Normandie en 2014. En effet Joseph, originaire de Potigny dans le Calvados, faisait partie d'associations franco-polonaises locales qui préparaient ces célébrations. Il avait par exemple prévu d’accueillir les Casimiriens qui voudraient se rendre en Normandie pour cette commémoration.

Hélas !

Il nous a laissé un certain nombre de documents sur le sujet. Il y a en particulier ce livre consacré à la première division blindée du général Maczek intitulé : la Massue, soldats polonais dans la bataille de Normandie.

Une documentation sur le cimetière polonais d'Urville dans le Calvados.cimetière polonais d'Urville dans le Calvados.

Il nous a aussi laissé la photocopie d’un article paru dans le quotidien Narodowiec qui relate les commémorations faites à Potigny en août 1959.

Cliquer sur la photo ci-dessous pour lire l'article. A l'époque on célébrait le 15° anniversaire du débarquement. Stan 1959

Sur la photo qui illustre l’article on peut reconnaître Joseph en tenue de Krakowiak.

Tu n'étais pas présent à ces célébrations du 6 juin 2014, mais sache, Joseph, que nous penserons à toi quand nous lirons ces lignes et que nous regarderons les manifestations prévues cette année pour célébrer les polonais.

Et maintenant que le spectacle est terminé !

En fait le spectacle n’est pas tout à fait terminé. Voici, choisies sur le site officiel des célébrations du 70e anniversaire du débarquement de juin 1944, quelques manifestations qui auront lieux dans les semaines prochaines. Comme par exemple :

- le 9 août 2014, sur le champ de bataille avec les polonais.

- le 16 août 2014, organisation d'une randonnée sur les pas du général Maczek et de la première division blindée polonaise.

ET N'OUBLIEZ PAS, NOUS NOUS RETROUVERONS, TOUS, les 20 et 21 septembre à Stella Plage. Nous vous communiquerons dans les jours prochains tous les détails pour les inscriptions...

Stella

René Zalisz (ZEDER), 9 juin 2014.

 

Date de dernière mise à jour : samedi, 31 août 2019